21 mai 2011 – « Introduction au Vijñānavāda (Doctrine de la Conscience) » par Stéphane Arguillère

par cmsgens

CLUB DE LA MONTAGNE SAINTE-GENEVIÈVE
Organisé par Martin Fortier et Marc Santolini.

21 mai 2011

« L’idéalisme bouddhique ou vijñānavāda (« doctrine de la conscience ») est sans doute le système de philosophie le plus ample et le plus consistant que le bouddhisme, et plus généralement la pensée non-occidentale, ait engendré (j’inclus le Proche-Orient et l’Afrique du Nord dans la sphère occidentale, puisque les pensées qui s’y sont développées se sont tout de même inscrites à bien des égards dans une filiation aristotélico-néoplatoncienne).
Ce que cette pensée a de plus curieux, c’est précisément sa problématique intégralement idéaliste, qui, au IIIe-IVe siècle de notre ère où les frères Asanga et Vasubandhu en ont déployé toutes les articulations, la rend à cet égard conceptuellement contemporaine de nos philosophes classiques, de Berkeley ou de Leibniz, plutôt que de Plotin ou de S. Augustin. Mais le plus étonnant, pour nous, est le caractère central de la notion de causalité, ou de production, dans cette forme d’idéalisme. Ce qui peut nous amener à nous poser au moins une question intéressante en termes d’histoire de la philosophie : pourquoi, chez nous, le développement de l’hypothèse idéaliste a-t-elle été de pair avec une évacuation progressivement de plus en plus complète de la notion de production causale, de la cause efficiente, dont on voit le couronnement, peut-être, chez Husserl ? Pourquoi la notion de causalité psychique, pourtant éminemment bien posée par Spinoza, a-t-elle peu à peu été évacuée de l’idéalisme moderne européen ?
Je ne tâcherai pas de répondre à cette question, qui comme telle n’intéresse pas le bouddhisme, mais d’esquisser les grandes lignes du système de l’idéalisme bouddhique en tâchant de le reconstruire (en abrégé) « selon l’ordre des raisons », un peu comme s’il avait été inventé, non pas dans le haut moyen âge indien, mais quelques décennies après Descartes. Ce qui m’amènera aussi m’interroger sur le rapport entre raison et écriture dans le bouddhisme, ou sur le caractère plus ou moins purement philosophique du système dans sa forme originale. »
Stéphane Arguillère.